manifesto midiarqueológico

“Noūs, médiarchéologues, partons encore à la recherche d’une poétique des machines, dont la première étape se présente à noūs par une poétique de l’algorithme (générateur, bot, écriture collaborative) et une poétique du hardware, toutes deux écrites à une voix croisée, hūmains-machines. Noūs écoutons le bruit des bots — pour y chercher noise. Appelons cette tâche : repoétisation. Qui est une repoétisation des langages, des codes, des commandes, des matières, des milieux.
[…]

Noūs, médiarchéologues, savons que toute médialisation suscite l’horizon d’un médiumnisme. Les média font parler les morts. Les média morts continuent à parler aux vivants. Noūs n’avons pas peur de ce médiumnisme, ni n’en dénions l’efficace : noūs noūs en réjouissons.

[…]
Noūs, médiarchéologues, expérimentons la nature élémentaire des media. Avec nos HypePhone, noūs portons en poche des petits bouts d’Afrique et de sueurs asiatiques. Le cloud n’est pas fait de vapeur, mais de câbles sous-marins. Son ubiquité ne noūs émancipe pas de l’espace : elle ramène l’autonomie du disque dur à la subsidiarité du terminal. Il n’y a pas de cloud — mais seulement le disque dur de quelqu’un d’autre.
[…]

Noūs, médiarchéologues, sommes toujours co-auteurs. Au moins, avec les machines d’écritures. Sans prétention de grandeur, ni voix propre : microphones.”

About paoleb

muita cousa
This entry was posted in Aesthetics. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s